FacebookTwitterLinkedinPinterest

top

fonctionL'hypnose n'est pas un état intérieur stable mais un processus au cours duquel la conscience fluctue entre des états infiniments variés allant des plus superficiels aux plus profonds.

La conscience du sujet est tournée vers son vécu intérieur et elle est coupée du monde extérieur. L'hypnose crée un décalage, une rupture avec notre contexte de vie habituel. 

On dit alors que la conscience est dissociée. Cette dissociation est obtenue grâce à une technique d'induction (induction-relaxation, fixation d'un point...) qui installe la personne dans ce régime de sensorialité différent de l'état de veille, du sommeil et de la rêverie nocturne.

Ce régime a fait passer la conscience de la "veille restreinte" à la "veille généralisée" (selon la terminologie de François Roustang). Le patient perçoit différemment son corps, son environnement et autrui. Le champ des possibles se libère ! Non seulement le sujet hypnotisé peut revivre des expériences et des émotions oubliées et les réutiliser à des fins thérapeutiques mais il peut en découvrir d'autres, insoupçonnées, inattendues, surprenantes !

Pour le dire autrement, l'hypnose remet en route, d'une certaine manière, les fonctions naturelles de guérison présentes en chacun de nous.  Elle stimule le pouvoir thérapeutique de notre inconscient. La notion d'inconscient est floue, vague, relativement indéterminée. Elle renvoit à des phénomènes très complexes, en grande partie inconnus et même inconnaissables.

Ce n'est qu'une façon commode de se référer à quelque chose qui nous dépasse. On peut tout aussi bien parler de "moi profond", de "moi subliminal", "d'esprit profond", de notre "partie vitale", d' une dimension de notre esprit beaucoup plus intelligente et subtile que celle de notre esprit conscient...

A cet égard, l'hypnose  transforme le rapport qu'une personne entretient avec sa souffrance. Grâce à la dissociation provoquée, le patient se retrouve "associé" à son vécu intérieur d'une façon particulièrement intense. Il est éloigné, décalé de l'ensemble de ses perceptions immédiates, de ses schémas de comportements habituels, de son mode de pensée prévalent.

Il découvre un mode d'être au monde qui facilite l'auto observation, les réaménagements imaginaires, la recherche de solutions conscientes et surtout inconscientes. Concernant ce dernier point, les solutions "émergent" de l'inconscient  à l'insu du consient la plupart du temps.

Le sujet vit une sorte d'éveil ou de conversion. Le champ de sa conscience est élargie et enrichie des solutions découvertes par sa partie inconsciente. Il s'ensuit une libération  salutaire. Son pouvoir d'agir en est augmenté. Les liens et la collaboration entre l'esprit conscient et l'espit inconscient, entre le corps et l'esprit, entre la partie mentale et la partie vitale sont renforcés.

Si on considére que le mal-être d'une personne, quel qu'il soit, relève d'une dissociation problématique où le sujet est trop "dans sa tête" et pas assez " dans son corps" alors l'hypnose lui permet de se réapproprier son corps, de se réassocier.  L'hypnose le dissocie d'abord de ses schémas de comportements habituels, en particulier des ses symptômes, de sa souffrance,  pour l'associer dans un second temps à ses ressources latentes.

Ces ressources sont celles de son corps si on entend par corps non "le corps anatomique ou le corps objet mais la totalité des facultés, des forces connues et inconnues de nous qui nous portent à agir" ... "Le corps ainsi conçu est notre grand maitre " (Tchouang Tseu)

Les indications les plus fréquentes

indications-frequentes

sevrage tabagique : 3 séances

perte de poids : de 5 à 10 séances

phobies, TOC, troubles du sommeil, dépression, anxiété, stress...

douleurs chroniques, céphalées, migraines, troubles digestifs, maux d'estomac....

affections cutanées, eczéma, psoriasis, herpès, verrues...

traitement des acouphènes